Sommaire

    Le tronc commun

    Le principe

    L’Ecole de Tous dispense un enseignement commun de la 1ère primaire à la fin du 2e degré de l’enseignement secondaire (la 4e secondaire actuellement). Cet enseignement offre une formation générale, polytechnique, sportive, artistique et culturelle. Les élèves se regroupent en classes de degré couvrant deux années. Le tronc commun se compose donc de 5 degrés et s’étale sur 10 ans. Dans la mesure du possible les enfants restent dans la même classe et gardent leur instituteur ou leur titulaire sur l’ensemble du degré. A la fin du 5e degré, les enfants quittent l’école. Tout le monde fait un choix. Il n’y a pas de relégation pour certains et un maintien dans l’école pour d’autres.

    Durant toute sa scolarité, s’il le souhaite, il pourra faire de son école un lieu de vie qui s’étend très au-delà du temps strictement scolaire, l’école étant ouverte de 07h00 du matin à 18h00. Durant ce temps parascolaire, il aura la faculté de se livrer à diverses activités :

    • des moments de détente et de convivialité (salle d’accueil, réfectoire, cours de récréation) ;
    • des activités sportives (internes ou extérieures à l’école);
    • des ateliers lui permettant d’approfondir ses domaines d’intérêts en technique ou en art ;
    • des activités de lecture ou de travail individuel dans la bibliothèque ;
    • des activités d’étude (salle d’étude).

     

    Les raisons

    L’idée d’un tronc commun est largement débattue parmi les enseignants, les pédagogues et le monde politique. Le projet de l’Ecole de Tous optant résolument pour celui-ci, il convient d’en analyser les trois raisons principales.

    1. Le tronc commun permet à l’enfant de développer ses aptitudes et ses aspirations dans les différentes facettes de l’intelligence et de la vie en société. L’intelligence, à l’instar de l’approche de la vie, n’est pas unique. Toutes deux peuvent revêtir plusieurs facettes auxquelles il convient d’assurer chez l’enfant une possibilité d’éclosion et de développement. Aujourd’hui, dès l’entrée en primaire, l’accent est mis assez fortement sur les capacités intellectuelles d’abstraction, au détriment des autres formes d’intelligence. En évitant cela, grâce aux volets polytechnique, sportif, artistique et culturel, le tronc commun a pour objectif principal de permettre aux jeunes de mieux se découvrir et se développer. Il offre en outre un outil éducatif et pédagogique précieux dans une école à la population diversifiée en faisant échapper les enfants au classement unique de la rapidité dans la mobilisation des capacités intellectuelles d’abstraction. A l’Ecole de Tous, je peux être bon en maths et mauvais en sport, excellent dans les activités artistiques et moyen dans la formation polytechnique,…
    2. Le tronc commun casse le système de la relégation. Aujourd’hui, en Fédération Wallonie-Bruxelles, moins de 20% des enfants entrés en 1ère maternelle se retrouveront 14 ans plus tard, au terme d’un parcours sans accroc, en 6ème secondaire de l’enseignement général. Tous les autres auront connu soit un redoublement, soit une orientation vers une autre filière, vécue dans la plupart des cas comme une relégation. Dans le tronc commun de l’Ecole de Tous, tous les enfants poursuivent le même programme jusqu’au 5ème degré du tronc commun (correspondant à la 4ème secondaire). Ensuite ils quittent l’école et s’orientent tous vers un enseignement de transition ou de qualification. Il n’y a pas ceux qui restent dans le train principal et ceux qui le quittent avec un sentiment d’échec.
    3. Le tronc commun permet à l’enfant d’opérer des choix à un âge où il peut avoir acquis la maturité et la connaissance de soi nécessaire. Actuellement, la juxtaposition d’une 1er degré « commun » et d’un 1er degré « différencié » dans l’enseignement secondaire, le système des activités complémentaires dès l’entrée dans le secondaire et l’orientation possible vers différentes filières dès la 3ème année du secondaire imposent à l’enfant de faire des choix souvent mal assumés, par manque de maturité ou de connaissance de soi, voire dans bien des cas imposés de l’extérieur. Dans le système préconisé de tronc commun de l’Ecole de Tous, d’une part, l’enfant poursuit une formation tant générale que polytechnique et artistique et, d’autre part, un choix d’orientation ne se fait qu’à l’issue de la 4ème année du secondaire.

     

    La faisabilité

    L’instauration d’un tronc commun impose évidemment une série d’adaptations concernant la répartition des matières et le contenu des programmes. Mais la tâche est loin d’être insurmontable. En partant des normes s’appliquant à l’école primaire, au 1er degré C et au 2ème degré de transition de l’enseignement secondaire, et moyennant une réduction des matières optionnelles au 1er degré et surtout au 2ème degré du secondaire, le temps consacré à chaque discipline sur l’ensemble des 10 années du tronc commun dans le projet de l’Ecole de Tous, est très similaire, en % de répartition, à celui du tronc commun finlandais (9 années), souvent cité en exemple.

    En prenant l’ensemble des 5 degrés de tronc commun, cette répartition se présente comme suit :

    Blocs de matières EDT Tronc commun (%) Tronc commun Finlandais (%)
    Langues 32% 29%
    Mathématiques 19% 14%
    Observation et science 8% 13%
    Art et polytechniques 16% 18%
    Education physique – santé 7% 9%
    Histoire et instruction civique 7% 5%
    Religion – Ethique – Philosophie 7% 5%
    Orientation des études 0% 1%
    Soutien – remédiation 2% 0%
    Options 2% 6%

    L’horaire du tronc commun s’organise de la façon suivante.

    La répartition des périodes de cours est établie sur base :

    • de 28 périodes/semaine au cours des 2 premiers degrés ;
    • de 30 périodes/semaine au troisième degré  ;
    • de 32 périodes/semaine au cours des 4ème et 5ème degrés.

    Chacun peut nous aider.